E-commerce : Jumia lance une nouvelle plateforme

Publié le par Ebongue Michele

E-commerce : Jumia lance une nouvelle plateforme

Une rencontre avec la presse a eu lieu à cet effet il y a quelques jours à Douala.

Fini les embouteillages dans des agences de voyage et autres lieux de réservation d’hôtel au Cameroun. Jumia, l’un des leaders du E-commerce en Afrique et installé au Cameroun depuis plus de deux ans, vient ainsi d’alléger la tâche aux "touristes" dans la réservation de vols et de chambres d’hôtels.

Plus besoin de se déplacer, ni de se bousculer pour réserver son vol ou sa chambre d’hôtel au Cameroun. Pour cause, le magasin en ligne, a officiellement lancé le mercredi 22 février 2017 le "Jumia travel". Une plateforme qui consiste à faire des réservations d’hôtels et de vols. Une manière aussi d’amener les camerounais à s’adapter à cette nouvelle dynamique qu’est Internet. Ceci bien que le E-commerce soit encore une activité quasiment inexplorée dans notre pays, à cause du taux de pénétration internet insignifiant, voire faible. "Les jeunes préfèrent aller surfer", lâche Simon Mbelek, directeur des relations publiques de Jumia. Pourtant, le e-commerce prend de l’envol dans nombres de pays et même en Afrique, surtout qu’il est porteur de l’économie nationale. "Aujourd’hui, le monde voudrait qu’on ne se déplace plus", a indiqué Simon Mbelek, pour dire que l’ère est désormais au numérique.

  1. plateforme travaille en effet en partenariat avec les entreprises qui y figurent. Soit une cinquantaine d’entreprises aériennes. En outre, 30.000 hôtels apparaissent sur ledit site. Environ 700 hôtels du Cameroun et plus de 5.000 au Nigéria voisin. Malgré l’écart qui existe entre le nombre d’hôtels représentés, Jumia apprécie quand même cette présence sur le marché camerounais. Dans l’optique de promouvoir le tourisme et économiser en temps, le magasin en ligne propose ses services à moindre coût. D’ailleurs, il revoit à la baisse le prix de ses offres. Celui-ci qui revient moins cher que lorsqu’on fait le déplacement pour réserver, nous assure-t-on.

Michèle Ebongue

Commenter cet article